OÙ SOMMES-NOUS ACTUELLEMENT ?
S'INSCRIRE A NOTRE NEWSLETTER

Népal

- Namaste -

« Namaste » c’est le traditionnel salut du Népal.

Littéralement, un Namaste adressé les mains jointes se traduit par : « Je salue la divinité qui est en toi ».

 

Et l’on comprend vite pourquoi ici, même un simple bonjour se transforme en louange au divin.

 

Arrivé.e.s au pied des Annapurnas, ces dieux à la cape blanche nous ont observé, du haut de leur 8000 m, alors qu’à leurs cimes s’accrochaient les invocations que le vent décousait des drapeaux de prières. Et c’est le souffle court, résultat de l’altitude mais aussi du spectacle qui s’offrait à nous, que nous avons admiré les rayons du soleil caresser les cimes au crépuscule et à l’aube de quasi chaque journée. Il faut certainement le voir pour le croire, mais l’émotion que génère la vue d’un tel décor nous fait perdre les mots. Et seul « Namaste », du bout des lèvres est alors chuchoté.

 

Comment saluer autrement aussi ces porteurs que nous avons croisés sur les sentiers. Pour transporter de telles charges, certaines dépassant les 100 kg, c’était forcément là des surhumains que nous rencontrions. Et là se pose la question. Faut-il contribuer à ce qui est considéré par certain.e.s comme de l’esclavage moderne ou sommes-nous heureux de permettre à une famille entière de vivre des revenus du portage ? A chacun d’y trouver sa réponse, mais de se rappeler que ce que l’on donne à porter l’est par des hommes et des femmes et non des divinités.

 

Quel autre mot que « Namaste » aurait pu être employé pour saluer les jeunes moines souriant rencontrés au lieu sacré de Lumbini ou les imposantes statues à l’entrée des temples hindouistes de la vallée de Katmandou ?

 

Enfin, nous nous souviendrons de notre première rencontre avec un rhinocéros unicorne que l’on a observé dans la jungle de Bardia, dans l’ouest népalais. Sa prestance et l’aura qu’il dégageait dans cet environnement exceptionnel ne pouvaient que venir d’une déité cachée sous ce cuir épais ! Il côtoyait les ficus géants dont les lianes tombantes et les racines gigantesques nous appelaient à la méditation à leur pied.

 

Le Népal nous a apaisé après cette traversée de l’Inde du Nord. Du plus profond de sa jungle tropicale aux cimes des géants himalayens, la sérénité qui s’y dégage invite à l’introspection. Mais ici, toutes les religions s’accordent sur une chose ; cette Nature nous dépasse, ne pas la respecter est une offense à sa propre divinité.