Le Sika et le Loup

Un jour de février, dans les montagnes d’Hokkaido,

Trois jeunes cerfs grattaient la neige de leurs sabots

Pour en récupérer les jeunes pousses ensevelies

Préservées par ce grand froid de Sibérie.

 

Deux aventuriers à spatules les surprirent au milieu des bouleaux

Et furent émerveillés par tant de grâce dans leurs travaux.

Ils apprirent que ces jeunes cerfs au pelage grisé,

Du nom de Sika répondaient.

 

Puis vint le printemps et ses cerisiers,

Nos jeunes aventuriers en terre nipponne sont restés.

Avec ce virus qui circulait

Ils n’avaient nul autre choix que de patienter.

 

Sur les volcans et dans les forêts

Nos jeunes explorateurs s’aventuraient,

Et pas une balade ne se terminait

Sans qu’un sika ne soit rencontré.

 

Ils apprirent que si les cerfs étaient si nombreux

C’est que depuis longtemps leur prédateur ne s’occupait plus d’eux.

Le loup du Japon jadis existait,

De la main de l’Homme il fut exterminé.

 

Maintenant, les cerfs sika abondent dans les bois

Et sur les fleurs, plantes et baies s’en donnent à cœur joie,

À tel point qu’aujourd’hui certains végétaux

Ont totalement disparu de l’île d’Hokkaido !

 

Tuer le roi des forêts n’est pas anodin

Quand tout l’équilibre du royaume est entre ses mains.

Ours, grand cachalot ou loup,

Leur disparition de la nature a toujours un coût.

 

De leur périple en Eurasie,

Nos jeunes aventuriers ont beaucoup appris.

Il est temps pour eux de rentrer en France

Pour que de nouveaux projets commencent.

 

Du fond du cœur ils vous remercient

Pour votre soutien qui toujours les a suivi.

Ils ont des tas de projets plein la tête

Qu’ils ont hâte de vous transmettre.